4 ans sans jeter ses déchets, un photographe crée une série de photos bluffante !

Mauvaise Haleine

« L’impact de l’image peut être plus puissant que des tonnes de mots » ; c’est ainsi qu’Antoine Repessé définit la façon dont il cherche à faire parler les images. Mais plutôt que des tonnes de mots, ce sont des tonnes de déchets que l’artiste a voulu rendre visibles aux yeux de tous pour alerter sur le gaspillage et la société consumériste.

En 2011, alors qu’Antoine Repessé voit d’un œil accablé les déchets en tout genre s’empiler dans son appartement, il prend conscience qu’il est difficile de se représenter la masse de déchets que nous jetons au cours de notre vie. En effet, tout se passe comme si, chaque semaine nos détritus disparaissaient miraculeusement et avec eux, le souvenir d’avoir jeté autant la semaine précédente et celle d’avant etc.

D’après le CNIID (Centre National d’Information Indépendante sur les Déchets), un Français produit en moyenne 354 kilos d’ordures par an. Mais encore une fois, ce chiffre – bien qu’impressionnant – n’évoque pas grand-chose ; il reste une simple mesure abstraite.

« J’ai essayé de produire une image parfaite qui a quelque chose de dérangeant »

Pour pallier l’invisibilité et l’abstraction de la tonne de déchets que nous produisons, Antoine Repessé a décidé de monter un projet fou. Pendant quatre ans, il a gardé tous ses déchets recyclables… à l’intérieur de son appartement ! Ceux-ci ont alors pris une réalité physique impressionnante pour lui (il a accumulé en tout 70 m3 d’emballages !), et il souhaitait transmettre ce sentiment d’être submergé par notre propre consommation.

Avec sa série de photos #365Unpacked aux allures de publicités, où les activités du quotidien prennent place dans un décor littéralement envahi par les déchets, on reconsidère forcément nos modes de consommation. Pourtant le photographe se défend de toute portée moralisatrice : l’idée est de montrer ce qui ne se voit pas pour réinterroger nos pratiques.

Bien sûr, ces montagnes de déchets ne sont pas une fatalité, bien au contraire, des alternatives existent (à commencer par l’utilisation du verre qui est recyclable à l’infini) et des associations comme Zero Waste portent le flambeau de leur mise en application simple et efficace !





Crédits : ANTOINE REPESSE

 

Source : https://lareleveetlapeste.fr/

Laisser un commentaire

Le portail ecolo et bio