Se relier à la Terre nous aide à être en meilleure santé

Mauvaise Haleine

Nous marchons depuis toujours et aujourd’hui ce sont des terres de caoutchouc et de pétrole que nous foulons avec nos chaussures. Nous avons perdu ce lien sacré à la Terre. Or les connexions et informations provenant d’elle nous aident à la fois à prévenir certaines douleurs, gagner en puissance physique et se reconnecter à soi. Bref, « Be Grounding » or die !

Si jamais nous avions un doute sur l’importance de notre connexion à la nature d’un point de vue sanitaire, il n’en est plus. Dans un documentaire « Se relier à la Terre » traduit à Voie-Nature.com, on rencontre plusieurs experts qui abordent cette relation coupée entre l’Homme et la Terre. Clint Oben a œuvré pendant de longues années pour prouver le besoin que nous avons d’avoir des points de contacts réguliers avec elle. Ce n’est pas pour rien que l’expression « avoir les pieds sur terre » nous parlent bien d’un état sain. En se reliant à la Terre régulièrement – en marchant pieds nus par exemple – nous échangeons des électrodes et des ions positifs et négatifs qui nous aident à rééquilibrer notre corps selon notre environnement quotidien. Plus exactement, le Dr Stephen Sinatra M.D qualifie cette (dé)marche de prise d’anti-oxydants directement par le contact de l’épiderme.

Initialement Clint Oben travaillait dans le raccordement électrique et grâce à son activité il a pu expérimenter la nécessité d’avoir toujours une « prise à terre », un point de ralliement de son câble électrique à la terre, évitant ainsi aux éclairs de foudroyer les maisons. Notre corps humain est tout comme ces maisons, c’est, entre autres, un ensemble électro-magnétique qui est à la fois récepteur et émetteur. S’il n’a pas de moyens d’évacuer les flux toxiques, inadaptés à son espace, il va métaboliser cet excès qui mutera alors en inflammations chroniques ou en maladies cardio-vasculaires.

« A notre insu, nous vivons dans une batterie » [et comme toute batterie, nous avons besoin de nous recharger]

« Se relier à la terre » Crédits : Josh and Rebecca Tikell

Les solutions sont nombreuses pour développer nos points de liaisons et d’échanges avec la Terre : vous procurer un sur-matelas relié à la terre vous permettant ainsi de mieux dormir et récupérer pendant votre sommeil, vous mettre pied-nus est un moyen efficace et à encourager si vous avez un espace extérieur ; ou les « bains de forêt » appelés aussi sylvothérapie seront une habitude qui vous voudra du bien ! Lors de vos sorties en forêt, n’hésitez pas à toucher du bout des doigts l’écorce d’un arbre ou même l’enlacer de vos deux bras. Si ces démarches sont vues dans notre société comme « bizarres », rien ne vous empêche d’essayer secrètement d’abord et vous verrez que vous ressentirez un changement physique et psychologique. Et alors vous recommencerez !

Comment se chausser et s’habiller est aussi un moyen de penser les matières que notre épiderme touche quotidiennement ? Nos semelles en plastiques ou autres matières synthétiques excluent depuis 60 ans ces points de contact qui étaient auparavant privilégiés par des souliers en matières naturelles, tels que les sabots, les chaussons en feutre, les semelles en vrai cuir etc. Plusieurs marques réapparaissant pour nous aider à nous vêtir sainement. Mais côté pieds, et si nous les sortions pour de bon des « snickers » ?

Mieux saisir les bienfaits que nous procure notre lien à la Nature résulte aussi de notre volonté de la protéger en apprenant à mieux la connaitre. Aujourd’hui à l’école, peu nous est enseigné pour davantage la préserver. Y marcher régulièrement est donc la première voie pour davantage faire connaissance. Il est important que la majoritaire population des villes ait ce réflexe hebdomadaire d’aller vers les forets qui entourent leur cité, et il en existe de nombreuses ! Pas moins de 20% du territoire francilien est occupé par des espaces forestiers dont beaucoup sont accessibles en transports en commun. L’association « Les chemins de la Nature » organise chaque semaine des sorties cueillette en forêt pour mieux apprivoiser la flore qui nous entoure tandis que l’application Visorando recense facilement les randonnées et les ensembles forestiers partout en France.

Si cette sortie de Terre nous a permis sans nul doute d’aller explorer des contrées plus spirituelles et d’aller vers l’invention des nouvelles technologies que nous connaissons aujourd’hui, la disparition des forêts a tout d’inquiétant si nous regardons la rareté du lien que nous entretenons avec elle. Le 21è siècle est sans nul doute l’ère de la réconciliation, n’est-ce pas ?

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le portail ecolo et bio